D’excellentes affaires pour les fournisseurs des garages

5 octobre 2018 upsa-agvs.ch – L’essor persiste et le baromètre conjoncturel du SAA swiss automotive aftermarket affiche, comme prévu, des valeurs réjouissantes au 3e trimestre 2018. Le secteur des fournisseurs des garages prévoit de maintenir le niveau élevé.

pd. Lors de la dernière enquête il y a trois mois, un troisième trimestre stable était prévu. Malgré un haut niveau, une augmentation a pu être enregistrée. La conjoncture favorable persiste pour les fournisseurs des garages. Les détails des recettes se présentent comme suit : le nombre des interrogés qui considère la situation comme bonne augmente au quatrième trimestre de 10 points de pourcentage, pour atteindre 48 % (37 % le trimestre précédent). Le nombre de ceux qui déclarent des valeurs satisfaisantes baisse de 13 points atteignant ainsi 48 % (61 % le trimestre précédent). Pour 5 % des interrogés (2 % le trimestre précédent), les recettes sont mauvaises.

Aussi, la situation d’emploi se présente de façon similaire : le nombre des interrogés qui estime la situation bonne augmente de 9 points de pourcentage. Une bonne situation d’emploi est annoncée par 68 % des entreprises (59 % le trimestre précédent), contre 30 % qui l’estiment satisfaisante (39 % le trimestre précédent). 2 % (comme au trimestre précédent) n’ont donné aucune indication. Aucune entreprise ne signale de mauvaise situation d’emploi.

Le chiffre d’affaires se présente comme suit : 64 % (59 % le trimestre précédent) des membres du SAA estiment que leur chiffre d’affaires est bon. Les chiffres sont estimés satisfaisants par 27 % des entreprises (39 % le trimestre précédent). Un mauvais chiffre d’affaire est indiqué par 9 % des entreprises (2 % le trimestre précédent), ce qui représente une augmentation de 7 points.
 
Pronostic pour le quatrième trimestre 2018
Les perspectives restent très positives, l’attente concernant le chiffre d’affaires est particulièrement marquante et apporte une amélioration. 50 % des membres du SAA (37 % le trimestre précédent) s’attendent à une hausse du chiffre d’affaires alors que 41 % (55 % le trimestre précédent) envisagent son maintien, 7 % (8 % le trimestre précédent) s’attendent à une baisse et 2 % (0 % le trimestre précédent) n’ont donné aucune indication.

La confiance dans l’évolution du chiffre d’affaires ne se reflète pas entièrement dans le paramètre le plus important, notamment des recettes, qui sont considérées comme stables. 20 % des interrogés (18 % le trimestre précédent) s’attendent à une amélioration des recettes, 70 % (73 % le trimestre précédent) pensent qu’elles resteront stables et 9 % (10 % le trimestre précédent) envisagent une dégradation.

La situation d’emploi reste stable selon 84 % des interrogés (80 % le trimestre précédent) tandis que 16 % (comme au trimestre précédent) s’attendent à une amélioration. Les effectifs resteront stables. D’après 86 % des entreprises (84 % le trimestre précédent), les effectifs resteront constants et 14 % (16 % le trimestre précédent) envisagent une augmentation.

La grande majorité des entreprises prévoit un maintien de la tendance des coûts pour ce qui est du matériel ainsi que du personnel. 66 % des participants (55 % le trimestre précédent) s’attendent à des frais de matériel constants, et 34 % (43 % le trimestre précédent) s’attendent à une augmentation des coûts. La tendance des coûts au niveau du personnel est davantage stable et présente les valeurs suivantes : 64 % des entreprises (63 % le trimestre précédent) pensent que leurs dépenses seront maintenues, alors que 36 % (37 % le trimestre précédent) estiment qu’elles progresseront.
 
Développement économique général en Suisse
Il règne en Suisse une conjoncture favorable. Le PIB a connu une forte croissance depuis plusieurs trimestres, la hausse de l’emploi est attrayante et le taux de chômage est en baisse. Le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) revoit nettement à la hausse ses prévisions de croissance du PIB pour 2018 pour l’établir à 2,9 % au lieu de 2,4 %. Le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’EPF Zurich s’attend même à une croissance du PIB de 3,3 points. Le SECO s’attend toujours à une solide croissance du PIB pour 2019 (+2,0 %).

Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie