Le centre de formation verra-t-il le jour?

16 novembre 2020 agvs-upsa.ch – Le nouveau centre de formation de la section vaudoise de l’UPSA dispose certes d’un permis de construire, mais ce projet novateur se heurte tout de même à des résistances et pourrait prendre du retard, selon le quotidien romand La Région.
 
jas. Un nouveau centre de formation à Y-Parc devrait réunir la section vaudoise de l’UPSA, le département de la formation de 2roues Suisse (section romande) et les formations dans les métiers de la mécanique du Groupement Suisse de l’Industrie Mécanique (GIM-CH). En l’absence d’oppositions pendant la mise à l’enquête publique du projet de construction, la commune d’Yverdon-les-Bains a accordé aux garagistes vaudois et à leurs partenaires le permis de construire en avril 2020. Ces derniers avaient alors fêté la pose du premier jalon de ce projet pour lequel ils s’engagent depuis 2015. Malheureusement, l’humeur des partenaires du projet s’est dégradée depuis, selon le quotidien romand La Région: bien que Nicolas Leuba, président de la section vaudoise de l’UPSA, tente de rester diplomatique, il est évident qu’il est en colère; très en colère, même.

Cela n’est pas étonnant, car les conseillers d’État ont, d’une part, mis beaucoup de temps à répondre à la demande de soutien financier, un soutien décisif pour la construction prévue. D’autre part, la détermination des responsabilités au niveau cantonal aurait également pris un temps fou, selon La Région. Puis, le coup de grâce: dans un courrier adressé à l’UPSA le 15 juillet, la conseillère d’État Cesla Amarelle demande à l’association de suspendre la construction jusqu’à nouvel ordre. Nicolas Leuba ne comprend pas: «Nous avons déjà engagé beaucoup de frais et ne pouvons pas laisser les choses en l’état. Nous avons déjà demandé deux prolongations pour la conclusion du contrat d’achat de terrain. Exiger un report de notre projet est tout simplement irréaliste.» Sans la garantie du canton de Vaud portant sur un prêt de 3,6 millions de francs et un complément de 500 000 francs par année pendant dix ans, le financement du projet de construction n’est pas assuré.

«Je constate que les conseillers d’État impliqués dans notre projet nous avaient annoncé un soutien politique fort, ce que nous saluons. Mais ils n’ont pas trouvé comment convertir cet appui en soutien financier!», explique Nicolas Leuba, visiblement très agacé, au quotidien régional. Pour accorder au moins un répit aux partenaires du projet, le conseil d’administration de Y-Parc SA, dirigé par Jean-Daniel Carrard, a accepté il y a peu de prolonger le délai d’exécution de la promesse d’achat et de vente jusqu’à la fin juin 2021. Il s’agit désormais pour le président de la section de l’UPSA et ses partenaires de réussir à convaincre tout de même les cercles politiques de la valeur de ce projet de formation ou de trouver un investisseur.


leuba_artikel_1.jpg
Voici à quoi devrait ressembler un jour le nouveau centre de formation du site Y-Parc à Yverdon. Source: AGVS-Medien
 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires