«L’électromobilité s’est imposée»

5 questions à Michael Jost

«L’électromobilité s’est imposée»

27 avril 2021 upsa-agvs.ch – Au mois de mars dernier, Michael Jost annonçait qu’il quittait ses fonctions de Chief Strategy Officer au sein du groupe Volkswagen, suscitant l’étonnement. L’Allemand qui était intervenu lors de la Journée des garagistes suisses en 2020 revient sur ses motivations et ses projets. Andreas Walingen, actuel responsable de la stratégie produit du groupe VW, lui succédera le 1er mai 2021.

jost_artikelbild.jpg
Photo: médias de l'UPSA

kro. Monsieur Jost, comment en arrive-t-on à quitter l’un des postes les plus passionnants de la branche automobile?
Michael Jost, Chief Strategy Officer chez Volkswagen jusqu’en avril 2021: J’ai eu l’opportunité de façonner l’avenir des marques et du groupe Volkswagen pendant plus de dix ans, aux côtés d’une équipe remarquable. Ce fut une période mouvementée et émouvante, c’est indéniable. Nous avons mis en place de redoutables stratégies, essentielles pour les marques et le groupe. Bien sûr, notre engagement clair en faveur des objectifs climatiques des accords de Paris occupe la première place dans l’opinion publique et fut d’ailleurs le moteur de la stratégie de décarbonation à l’échelle de l’entreprise. Nous avons lancé la plus grosse offensive électrique de l’industrie automobile et renforcé notre site allemand. Mais pour se transformer, il ne suffit pas de passer à l’électromobilité: la numérisation est également essentielle. Et le projet «Trinity» y associe désormais la vision de la conduite autonome comme machine à remonter le temps pour l’Homme. Se rendre d’un point A à un point B sera désormais l’occasion de s’adonner à d’autres activités. Nous offrons aux Hommes du temps de vie en plus. Le temps, c’est un sujet qui me concerne. Après plusieurs années à n’être chez moi que les week-ends, je veux davantage me consacrer à ma famille et à mes projets d’entreprise personnelle. Je vois ces deux éléments de ma vie comme deux yachts électriques en conduite autonome.

L’un des grands défis de l’industrie automobile est l’électrification rapide des véhicules. À l’échelle globale et sans parler de marques en particulier: est-ce que cela avance suffisamment? 
Volkswagen a livré énormément de véhicules, avec l’ID.3 et l’ID.4. La gamme ID sera étendue au fur et à mesure. L’e-tron d’Audi est un modèle à succès dans son segment. Avec la Taycan, Porsche électrifie le sport automobile, tandis que Skoda et Seat proposent des voitures tout électriques attrayantes. C’est indéniable: l’électromobilité s’est imposée, comme le montre l’offre de nos concurrents. 

L’électromobilité semble avoir atteint son apogée: que faut-il de plus?
Il y a cinq ans, nous commencions à transformer la marque Volkswagen. Depuis, elle s’est clairement positionnée en faveur des propulsions électriques. D’ici 2030, nous comptons doubler la part de voitures Volkswagen 100% électriques en Europe pour qu’elle représente 70% de notre chiffre d’affaires. On est donc loin de l’apogée mais nous sommes en bonne voie pour la mobilité neutre en CO2 pour tous. Mais pour cela, une infrastructure de recharge adéquate est incontournable. C’est notre seul moyen de convaincre toujours plus de clients et d’augmenter la cadence de l’électrification. 

Vu de l’extérieur, il semble que la sphère politique s’acharne contre l’industrie automobile allemande et l’un des maîtres-mots qui ne cesse de revenir sur la table est «norme antipollution Euro 7». Où cela s’arrêtera-t-il et de quelle manière?
Nous avons déjà commencé à miser sur une meilleure efficience des moteurs à combustion. Les valeurs Nox de nos véhicules EU6 sont déjà réduites à leur minimum. Prendre d’autres mesures reviendrait à investir énormément mais sans réels avantages écologiques. Au bout du compte, cela demanderait d’investir en prenant dans l’enveloppe prévue pour le passage à l’électromobilité. Mais il semblerait que la Commission européenne s’active sur ce thème.

Parmi vos futures activités, vous allez vous occuper de l’électrification des bateaux. Qu’est-ce qui vous incite à vous engager autant dans la voie de l’électrique?
Je vois le changement climatique comme l’un des plus grands défis de l’humanité et nous devons le relever tous ensemble. La Conférence des Nations Unies sur le changement climatique Paris 2015 a clairement ouvert la voie. Si l’on regarde à grande échelle, nous cherchons à atteindre en 2050 une société neutre en CO2, et cela ne sera possible qu’en passant par la mobilité individuelle électrique. Il faut y penser sérieusement. Et la mobilité ne concerne pas que la route. La navigation fait aussi partie du tableau. Atteindre une mobilité neutre en CO2 n’est pas une option si nous voulons que le changement climatique fulgurant change de cap.  
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

2 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires