Une valise qui sauve des vies

Sécurité au travail

Une valise qui sauve des vies

7 décembre 2021 agvs-upsa.ch – La loi sur le travail (Ltr) n’offre aucune marge d’interprétation en ce qui concerne la protection de la santé. L’article 36 de l’ordonnance 3 relative à la Ltr indique que «les moyens nécessaires (...) doivent être disponibles en permanence», de manière à pouvoir fournir les premiers secours en cas d’urgence. Pour aider les entreprises à mettre en œuvre cette consigne, la SAD collabore désormais avec l’entreprise Lifetec. 

20211112_lifetec_artikelbild.jpg
Dès que la valise d’urgence est ouverte, elle se connecte automatiquement à la centrale 144 du service des urgences. Photo: Lifetec

sco. D’après la statistique des accidents, près de 260'000 accidents et maladies professionnels surviennent chaque année en Suisse. On dénombre près de 30'000 victimes d’un infarctus par an, dont environ 8000 n’y survivent pas. Depuis 2000, la solution par branche de la branche automobile et des deux-roues (SAD) aide plus de 2900 entreprises à mettre en œuvre la directive légale relative à la sécurité au travail et à la protection de la santé. Le respect de la directive CFST 6508 (CFST est le sigle de la Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail) n’est pas une affaire de bonne volonté: il est obligatoire pour chaque entreprise de notre branche. 

Tout est donc clair, non? «Pas forcément», note Daniel Fürst, responsable de la SAD à l’UPSA. «Bon nombre d’entreprises ignorent en effet ce que les ‹moyens nécessaires› recouvrent exactement. Par conséquent, soit elles ne font rien, soit elles installent un défibrillateur quelque part, et c’est tout.» À l’heure actuelle, une multitude d’entreprises proposent des services sur ce marché lucratif: «Mais toutes ne sont pas sérieuses.»

Lifetec aide à y voir plus clair: sise à Dietikon (ZH), l’entreprise propose des services de gestion des premiers secours en cas d’urgence aux communes et aux villes ainsi qu’aux entreprises. Son offre, basée sur les trois piliers que sont le conseil, la formation et les systèmes intelligents, couvre tous les besoins des entreprises qui souhaitent protéger la vie de leurs collaborateurs, de leurs clients et de leurs fournisseurs. «Nous analysons les besoins et les dangers, établissons un concept d’urgence et soutenons sa mise en œuvre par des formations et la création de systèmes », explique Mirko Djuric, CEO de Lifetec. La gestion relativement neuve de la mobilité électrique, par exemple, pose de nouvelles exigences en matière de sécurité au travail à nombre de collaborateurs d’atelier.

La valise d’urgence intelligente «Lifetec One» est l’élément clé du concept. En cas d’ouverture, ce système de premier secours avec défibrillateur intégré se connecte automatiquement à la centrale 144 du service des urgences sanitaires. Là, un membre du personnel médical répond à l’appel, communique via un interphone avec la personne prodiguant les premiers secours et la guide à travers la procédure qui lui permettra de sauver une vie. Grâce à l’enregistrement du site et à la localisation par GPS, l’ambulance arrive plus rapidement sur les lieux. Car souvent, en cas d’urgence, chaque minute compte. ­Mirko Djuric: «Le système a été développé avec des ambulanciers et d’autres experts.» Grâce à la collaboration de la SAD avec Lifetec, les membres de l'UPSA bénéficient d’un prix avantageux sur le système «Lifetec One».
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie