Plus de 110 000 signatures récoltées pour le référendum!

Loi sur le CO2

Plus de 110 000 signatures récoltées pour le référendum!

12 janvier upsa-agvs.ch – Grand succès pour le comité économique qui lutte contre la loi sur le CO2, dont fait partie l’UPSA ainsi que d’autres associations: mardi, les représentants ont déposé les cartons remplis de listes de signatures à la Chancellerie fédérale.

20210112_co2_uebergabe_text_neu.jpg
Sources: médias de l'UPSA

pd. Alors qu’il en fallait 50 000, il y en a eu plus de 110 000: toutes ces signatures ont été récoltées pour le référendum contre la loi sur le CO2. Un nombre impressionnant si l’on considère que la collecte de signatures était très limitée en raison de la pandémie de coronavirus. Pas moins de 74 cartons pleins ont été remis à la Chancellerie fédérale par les représentants des associations qui soutiennent le référendum. «Avec notre référendum, nous avons touché une grande partie de la population», a affirmé avec satisfaction Ueli Bamert, responsable de la campagne et directeur de Swissoil, sur la terrasse du Palais fédéral.
 
Le vice-président de l’UPSA, Pierre Daniel Senn (à gauche), a lui aussi considéré que la récolte du double de signatures par rapport au nombre requis pour le référendum était un franc succès: «La population suisse a montré qu’elle veut avoir le dernier mot au sujet de la loi sur le CO2.» Elle refuse une loi qui entraîne plus d’interdictions, plus de prescriptions ainsi que de nouveaux impôts et de nouvelles taxes. «Pour atteindre les objectifs climatiques, nous misons plutôt sur une procédure qui repose sur l’innovation, la recherche et la coopération internationale.»



Andreas Burgener, directeur d’auto-suisse, a expliqué au moment du dépôt que l’on avait échoué dans l’instauration de bonnes conditions-cadres pour le futur trafic routier, par exemple par le développement d’une infrastructure de recharge et de stations-service proposant des carburants alternatifs. «L’être humain aspire à la mobilité.» Il a ajouté que la loi sur le CO2 risquait de créer un malaise en augmentant le prix de la mobilité, notamment dans les régions rurales. «La loi sur le CO2 fait fausse route», selon lui. 

Thomas Hurter (à droite), conseiller national UDC et président central désigné de l’UPSA, a insisté sur le fait que la loi sur le CO2 mettait un frein à l’innovation et à la recherche et qu’elle désavantageait la population et l’industrie. En déposant les listes de signature, il a lancé un appel clair aux politiques et à la population: «Il s’agit de ne pas perdre la raison, de ne pas perdre la raison et de ne pas perdre la raison!»



Selon Ueli Bamert, responsable de la campagne, les citoyennes et citoyens suisses devront vraisemblablement se rendre aux urnes le 13 juin 2021 pour se prononcer sur la loi sur le CO2. Pierre Daniel Senn, vice-président de l’UPSA, se montre confiant: «Je suis convaincu que nous avons de bonnes chances.» Il lance un appel aux garagistes pour qu’ils aillent voter contre la loi sur le CO2. Qu’ils n’hésitent pas à prendre position et à parler de la thématique. Andreas Burgener, directeur d’auto-suisse, est tout à fait d’accord avec lui. Il indique que les garagistes ont fait preuve d’un grand engagement lors de la récolte des signatures. Il est persuadé qu’ils réussiront encore à trouver les mots qu’il faut. Car comme le dit A. Burgener: «Désormais, chaque voix compte.»

20210112_co2_uebergabe-burgener_marcochiesa.jpg
Andreas Burgener, directeur Auto-Suisse (à gauche) avec Marco Chiesa, président de l'UDC.

Toutes les informations et les dernières nouvelles sur le sujet.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

1 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires