« ESA exposera dans la halle 7 durant toute la durée du salon. »

16 mai 2019 upsa-agvs.ch – Une excellente année 2018 suivie d’un bon début d’année 2019 : ESA se porte bien. En marge de l’assemblée générale à Interlaken, le président du CA Markus Hutter a dévoilé les plans d’ESA pour le Salon de l’auto 2020 : elle exposera dans la halle 7 durant toute la durée du salon.

sco. Monsieur Hutter, ESA se félicite de l’excellent résultat de l’exercice 2018. À l’heure de cet entretien, plus d’un tiers de l’année 2019 s’est écoulé. Peut-on déjà tirer des conclusions sur l’exercice en cours ?
Markus Hutter, président du conseil d’administration d’ESA : Le début d’année 2019 suit l’impulsion de l’année 2018 ; nous sommes satisfaits de ce premier trimestre. Cela dit, il reste encore neuf mois et toute la saison automne/hiver 2019, très importante pour notre branche. Les bons résultats de l’exercice 2018 ne sont pas forcément une exception et pourraient se répéter si ESA parvient à préserver ses valeurs, soit la qualité, la proximité avec les clients et un bon rapport-qualité prix. Voilà ce que je souhaite pour 2019.

Le monde automobile est en pleine mutation. En mars de cette année, un véhicule entièrement électrique, la Tesla 3, a remporté le titre de voiture la plus vendue en Suisse ; il s’agit là d’une première. Comment préparez-vous ESA à un avenir affranchi des énergies fossiles ?
Les PME adaptent en permanence leur stratégie et limitent leurs prévisions à une durée de trois à cinq ans ; c’est notre cas. Il est impossible, selon nous, d’anticiper des évolutions à plus longue échéance en cette époque mouvementée. Au cours des trois à cinq prochaines années, nous allons très certainement assister à un essor notable des véhicules électriques et hybrides en Suisse, mais ce ne sera pas la fin des énergies fossiles. Le moteur à combustion a de belles années devant lui. Cela dit, ESA travaille également sur les évolutions qui transforment la branche.

Vous êtes aussi garagiste et représentez BMW, une marque qui construit des véhicules entièrement électriques depuis plusieurs années. Pensez-vous que ce tournant représente une chance pour la branche automobile et pour ESA ? Ou plutôt un danger ?
Tout changement recèle des opportunités et des risques. Si la branche automobile parvient à surfer sur la vague du changement, si elle se développe, relève de nouveaux défis et propose de nouveaux services, les garagistes et carrossiers auront alors toutes les chances de réussir à l’avenir aussi. Il en va de même pour ESA.

Comment ESA compte-t-elle aider les garagistes, leurs clients et copropriétaires à surmonter cette mutation ?
De par ses statuts, ESA s’engage à favoriser la performance économique de la branche suisse de l’automobile et des véhicules à moteur. Pour atteindre cet objectif, ESA travaille également sur les évolutions qui transforment la branche.

Et pour finir, la question obligatoire : qu’en est-il d’ESA et de la halle 7 ?
Lors de l’assemblée générale du SAA le 7 mai, Olivier Rihs, directeur du Geneva International Motor Show, a annoncé que le « GIMS tech », nom donné au salon de la halle 7, sera un salon de courte durée en 2020. Les exposants qui souhaitent participer tout au long du salon peuvent cependant l’indiquer lors de leur inscription. Cette option correspond aux besoins d’ESA, qui s’inscrira pour toute la durée du salon « GIMS tech » dans la halle 7.

Court ? Long ? Les deux ?

En 2020, la halle 7 accueillera le GIMS-Tech. ESA a annoncé lors de son AG qu’elle serait présente durant tout le Salon de l’auto. Selon vous, quelle serait la durée idéale du salon des fournisseurs ?
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires